Flash info

Coupe du monde: Côte d’Ivoire, Nigeria, Tunisie, Egypte... gagner à tout prix



Course aux qualifications pour disputer la Coupe du monde 2022 au Qatar. Cinq importantes sélections africaines en danger, jouent leur destin lors de la 5e journée des matchs de phases de groupes.
40 pays africains à l'assaut des tickets pour disputer la Coupe du monde 2022

Quarante sélections africaines sont engagées dans la course aux qualifications pour disputer la Coupe du monde 2022 au Qatar. Cette phase de groupes sera suivie d’un 3e tour pour déterminer les cinq qualifiés.

La 5e journée (11 au 13 novembre) et la 6e journée (14 au 16 novembre) des éliminatoires africaines, désigneront les huit équipes qui rejoindront celles du Maroc et du Sénégal en barrages d’accès (mars 2022) à la prochaine Coupe du monde de football. Six pays peuvent s’assurer la première place de leur groupe dès la 5e journée.

Groupe B : la Tunisie dispute une finale en Guinée équatoriale

Pour les Tunisiens, la donne est simple : une victoire ou un nul à Malabo, le 13 novembre, et ils s’assureront une place en barrages. Avec 11 points ou plus, ni la Guinée équatoriale (2e avec 7 points), ni la Zambie (3e avec 4 points) ne pourraient en effet les rattraper au classement du groupe B. En cas de défaite, en revanche, les Equato-Guinéens seraient à égalité de points (10), et la 6e journée, le 16 novembre, serait décisive.

Groupe C : le Nigeria doit gagner pour espérer passer

Les Nigérians affrontent ce 13 novembre des Libériens déjà éliminés et qui sont en outre forcés de disputer leur match à domicile à Tanger, au Maroc. Les conditions semblent donc favorables aux Super Eagles (9 points). Ceux-ci doivent toutefois gagner pour espérer creuser un écart définitif avec le Cap-Vert (7 pts) et la République centrafricaine (4 pts) avant la 6e journée et un match face aux Cap-Verdiens.

Groupe D : la Côte d’Ivoire peut s’épargner un match décisif au Cameroun

Les Ivoiriens ont tout intérêt à ce que l’affaire soit pliée dès le 13 novembre. A cette date, ils défieront le Mozambique à Cotonou tandis que les Camerounais joueront contre les Malawiens à Johannesburg. S’ils battent les Mozambicains et que les Lions Indomptables s’inclinent face au Malawi, les Eléphants iront en barrages. Sinon, ils joueront la qualification le 16 novembre à Douala. Une affiche qui fait saliver les fans de foot africain mais dont le sélectionneur Patrice Beaumelle et ses joueurs se passeraient sans doute bien.
Groupe E : le Mali compte sur une contre-performance de l’Ouganda

Les Maliens, premiers avec 10 points, ont évidemment un ascendant sur des Ougandais, deuxièmes avec 8 points. Les Cranes ont toutefois l’avantage de recevoir l’équipe du Kenya, alors que les Aigles, eux, doivent jouer au Rwanda. Le Mali devra donc gagner à Kigali et compter sur une contre-performance ougandaise pour s’épargner une « finale » face à l’Ouganda, le 14 novembre à Agadir.

Groupe F : l’Egypte a son destin en mains

Avec 4 points d’avance sur la Libye (2e avec 6 points) et 6 sur le Gabon (3e avec 4 points), l’Egypte a son destin en mains avant les deux dernières journées de cette phase de groupes. Si elle gagne chez des Angolais déjà éliminés, la sélection égyptienne s’assurera la première place au classement. Un match nul peut aussi suffire aux Egyptiens si le Gabon bat la Libye ou que Gabonais et Libyens font match nul à Franceville.
Groupe G : pour l’Afrique du Sud, tout peut se régler à Johannesburg

De nombreux pays n’ont pas de stades homologués. Leurs équipes nationales sont donc forcées de jouer leur match « à domicile » à l’étranger. C’est le cas de l’Ethiopie qui va donc « recevoir » le Ghana le 11 novembre à Soweto, près de Johannesburg, quelques heures avant le derby Afrique du Sud-Zimbabwe, toujours dans la capitale sud-africaine. Un contexte forcément favorable à des Sud-Africains qui comptent une petite avance d’un point sur les Ghanéens (10 contre 9), alors qu’Ethiopiens et Zimbabwéens sont déjà hors-course pour une place en barrages.





Photos inedites



Facebook

Interview