Flash info

Thomas Pesquet et trois astronautes ont décollé vers la Station spatiale internationale



Comme prévu, la fusée SpaceX transportant un vaisseau Crew Dragon avec quatre astronautes à bord a décollé vers la Station spatiale internationale (ISS) vendredi 23 avril, à 11 h 49, heure de Paris − 5 h 49, heure locales − depuis le pas de tir 39A du centre spatial Kennedy de Cap Canaveral, en Floride. Cette mission « Crew-2 » de la NASA est la deuxième effectuée par l’agence spatiale américaine à l’aide d’une capsule Crew Dragon de la société fondée par Elon Musk.

Les quatre membres d’équipage de la mission Crew-2 – Thomas Pesquet pour l’Agence spatiale européenne (ESA), les astronautes américains Shane Kimbrough, 53 ans, et la pilote Megan McArthur, 49 ans, ainsi que l’astronaute japonais Akihiko Hoshide, 52 ans – étaient sortis à 2 h 20 du matin (8 h 30 à Paris) et ont dit au revoir à leurs proches avant de monter à bord des trois Tesla blanches, devenues une tradition pour SpaceX, qui les ont emmenés vers l’aire de lancement. Les plaques d’immatriculation des trois voitures sont l’anglais pour « recycler », « réutiliser » et « réduire », clin d’œil au fait que la mission réutilise une fusée et une capsule qui ont déjà servi.

« La météo a l’air de coopérer, donc on devrait essayer de décoller demain !!! », avait tweeté peu auparavant Thomas Pesquet, qui va devenir le premier Européen à voler à bord d’une capsule Crew Dragon.

En direct : suivez le décollage de Thomas Pesquet et posez vos questions

Initialement prévu jeudi, le départ a dû être reporté de vingt-quatre heures en raison « de conditions météorologiques défavorables ». Cette fois, selon l’agence spatiale américaine, la météo devrait en outre « s’améliorer » le long de la trajectoire. Dans le cadre des vols habités, cette donnée est essentielle pour permettre « une éventuelle opération de sauvetage de l’équipe » lors du décollage, a ainsi expliqué aux journalistes Steve Jurczyk, administrateur de la NASA par intérim.

Crew-2 est la troisième mission de SpaceX vers la Station spatiale internationale depuis que les Etats-Unis ont repris les vols habités vers l’espace. Il s’agit surtout de la première mission avec un Européen à bord, le Français Thomas Pesquet, 43 ans.

Lire aussi la synthèse : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Station spatiale internationale

« Ça va faire mal »

L’astronaute français a confié s’attendre à un second séjour « plus difficile » que le premier, en 2016. « Physiquement peut-être pas, parce que j’ai l’impression d’être dans la meilleure forme de ma vie en ce moment (…), par contre mentalement », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse virtuelle depuis Cap Canaveral.

« La première fois, on part à l’aventure, on ne sait pas exactement ce qui va être difficile. La deuxième fois, on sait exactement à quoi on s’expose, c’est comme quand on a couru un marathon, on sait que ça va faire mal. »

 

Le monde





Photos inedites



Facebook

Interview