Flash info

Bouaké, Daloa, Ferké, Guitry, etc : Ouattara veut multiplier les postes à péage



Afin dit-il d’absorber le déficit budgétaire et accélérer la modernisation du réseau routier, le ministre de l’Équipement et de l’Entretien routier Amédé Kouakou, a annoncé le jeudi 18 novembre 2021, la mise à péage des axes routiers nouvellement réhabilités ou bitumés.


Ce sont donc selon Amédé Kouakou, quelques axes routiers reliant certaines villes du pays, qui feront l’objet d’installations de postes de péages d’ici 2023. <<À cet effet, certains axes à fort trafic pourront être mis à péage à l’horizon 2023>> a déclaré Amédé Kouakou pendant qu’il se tenait devant la commission des finances de l’Assemblée Nationale pour l’adoption du budget 2022 de son ministère. Le quotidien Frat Mat en a fait cas également, dans sa publication N°17071 du samedi 20 au dimanche 21 novembre 2021, dans lequel il annonçait en grand titre : «Amédé Kouakou annonce de nouveaux ponts et péages».

 
 

Ce sont donc le 4è pont d’Abidjan, la route de Yamoussoukro-Bouaflé-Daloa qui sera dotée de deux postes à péages, la route pk 109 Divo-Gagnoa, (deux postes), Bouaké-Ferké (deux postes), Grand Bassam Assinie (un poste), Autoroute Abidjan-Grand Bassam (un poste), Autoroute Yamoussoukro-Bouaké (deux postes), la Côtière (trois postes).

Si cette décision de mise à péage de ces axes routiers est motivée par la volonté de résorber le gap budgétaire selon Amédé Kouakou afin de moderniser le réseau routier, notons le Président Alassane Ouattara depuis son accession à la tête de l’exécutif en a fait son cheval de bataille.

 

En effet, dès son accession au pouvoir 2011, le Président Alassane Ouattara a initié le Projet Présidentiel d’Urgence (PPU), avec pour but de construire et réhabiliter toutes les voies constituants le réseau routier de la Côte d’Ivoire. C’est fort de cela que 10 ans après son élection, l’on peut constater des changements relativement satisfaisants au niveau de la qualité du réseau routier en Côte d’Ivoire.

<<Comme vous le savez à l’indépendance en 1960, notre pays avait 25000 km de routes, en 2020 on en avait 82000 km mais sur ces 82000 km, nous avions 6500 km bitumées en 2011, soit 8 % du réseau, ce linéaire de route bitumées est passée à 7513 parce-que entre 2012 et 2020 il y environs 1015 km de routes qui ont été bitumées>> a déclaré Amédé Kouakou au cours de son exposé.

 

Cependant, bien qu’étant élaborés pour servir la population, ses différents projets écorchent souvent la situation sociale des consommateurs, en ce sens que les populations se plaignent de la cherté de ses différents services publics mis à leur disposition, sans oublier l’annonce des mises à péages des différents axes routiers sus-indiqués soulèvent déjà des débats.










Photos inedites



Facebook

Interview