Flash info

Élections locales 2023 / Fin du dépôt des candidatures à la Cei – La « guerre » des trois aura lieu



Clap de fin à la Commission électorale indépendante. Le délai pour le dépôt des candidatures est clos depuis dimanche à minuit. Il était 17 h 30 quand les forces de l’ordre massivement déployées à l’entrée principale de la résidence N’Gouan abritant le siège de la Cei ont fermé le solide portail au terme d’une harassante journée pour eux. Entre courtoisie et quolibets des usagers du jour, les candidats et les membres de leurs listes. L’après-midi, moment de grande affluence, une longue file s’était constituée devant le portail et les gendarmes filtraient les entrées. La carte d’identité devenait un sésame incontournable. Sans la Cni ou autre carte professionnelle, point d’entrée. La consigne a été fermement tenue.

Quand le portail ferme à 17 h 30, il y avait encore des retardataires dehors. C’est une habitude bien ivoirienne d’attendre le dernier jour, la dernière heure pour déposer un dossier d’élection ou de concours. Mais hier dimanche, certains avaient bien des raisons de ne pas être à l’heure. L’obtention des éléments du dossier fut un parcours du combattant. L’attestation de régularité fiscale et la fiche individuelle de candidature à légaliser dans une mairie, un vrai casse-tête. Certaines administrations fiscales ayant eu conscience de cette difficulté, ont ouvert dimanche pour délivrer ce fameux document. L’information était affichée dans les locaux de la Cei en ce qui concerne la direction régionale des impôts d’Abidjan Nord. Un document qui aura soulagé les caisses de l’état de quelques dizaines de millions de Fcfa avec des milliers de candidats.

Retour à la Cei. Pour réceptionner les dossiers, la Cei a disposé ses guichets par région, 31 au total. Les candidats qui arrivent s’orientent ainsi selon leur région et prennent un ticket pour attendre leur tour de dépôt. Les dossiers reçus dans des chemises cartonnées ou même des cartons sont contrôlés pièce par pièce selon l’ordre établi par le communiqué de la Cei appelant au dépôt des candidatures. De sorte que le débit était utilement lent et exaspérant pour certains candidats qui se sont assis à même le sol, les chaises disposées par la Cei s’étant avérées insuffisantes pour faire asseoir tout le monde. Ici les candidats Vip et Vvip n’étaient pas logés à la même enseigne que les sans grades. Ils avaient à leur disposition une salle climatisée, chaises et tables confortables. Adama Bictogo de Yopougon, Jean Marc Yacé de Cocody, Georges Armand Ouégnin du Sud Comoé, Moïse Lida Kouassi du Loh Djiboua, Aby Raoul de Marcory y ont pris place tour à tour. Jean Marc Yacé a fait une brève déclaration après le dépôt de son dossier où il rassure son parti et ses supporters. Il a appelé à un scrutin apaisé.

Mieux organisés, les grands partis comme le Rhdp, le Pdci ou le Ppa-Ci n’ont pas eu beaucoup de difficultés à déposer leurs listes. Ils avaient des gens dévoués à leur service pour faire la facilitation. Ce qui n’est pas le cas des indépendants qui devaient braver mille et une difficultés.

Ces coups bas qui ont dérouté des candidats

Des crocs-en-jambe, il y en a eu. Une source à la Cei faisait ainsi cas de membres de certaines listes indépendantes qui ont appelé pour se désister sans même avertir au préalable les têtes de liste. Résultat d’un marchandage. C’est à la guerre comme à la guerre. Des candidats par le moyen de la corruption vont jusqu’à soudoyer des inscrits sur les listes de leurs adversaires pour ainsi les déstabiliser et faire invalider leurs candidatures… A ce jeu, il faudra attendre la publication de la liste définitive pour voir l’ampleur d’une telle pratique.

Bictogo en fanfare, Michel Gbagbo en silence

La journée de dimanche, dernier délai, était vraiment attendue. Les ténors, ces candidats très attendus sont venus d’eux-mêmes ou par colistiers interposés. Adama Bictogo, président de l’assemblée nationale qui joue son avenir politique à Yopougon a choisi une entrée et un dépôt tonitruants, en fanfare. Il a mobilisé au moins trois cars de transport de 70 places de la compagnie Cte et plusieurs autres voitures. Un long cortège. « Je suis le candidat qui traduit l’expression plurielle de la Côte d’Ivoire, en particulier de Yopougon. C’est pour cela que nous allons gagner à Yopougon parce que je suis non seulement le candidat idéal pour le développement mais également le candidat du rassemblement, de la cohésion sociale de Yopougon », a déclaré le candidat du Rhdp. Bictogo qui se vante de la diversité représentative de sa liste voulait marquer le coup et envoyer un signal à ses adversaires dont les plus connus sont le calme Michel Gbagbo du Ppa-Ci et le bouillant Dia Houphouët du Pdci qui estime que la victoire est déjà entre ses mains. Ces deux derniers qui ont déposé leur candidature n’ont pu s’entendre sur une liste commune au terme d’intenses conciliabules. Ils s’affronteront dans les urnes. Idem dans la région des Grands Ponts dont Dabou est le chef-lieu. Nous avons aperçu Lasm Ni Blaise du Ppa-Ci qu’on annonçait en retrait en faveur du candidat du Pdci-Rda, venir déposer ses dossiers. Il explique que l’accord a échoué par la gourmandise de l’allié Pdci qui aura eu le soutien du Ppa-Ci dans toutes les circonscriptions de la région et qui n’a pas voulu céder une seule poche. Si donc l’accord a été trouvé à Jacqueville et Grand Lahou, au niveau régional la bataille des 3 grands aura lieu. Dans le Goh (Gagnoa) également la bataille des frères Djédjé (Bagnon, Rhdp et Dano, Ppa-Ci) aura également lieu et elle sera arbitrée par le Pdci-Rda qui positionne le sénateur André Logbo faute d’accord avec son allié. Le Pdci aura poussé fort ses pions dans la discussion jusqu’à vouloir la tête de liste à Ouragahio au moment où le Ppa-Ci s’aligne derrière le candidat Pdci-Rda à Daoukro et à Yamoussoukro.

A Abidjan, hormis Adjamé où le jeune expert en développement formé en France Gérard Bohui conduira la liste commune Ppa-Ci/ Pdci-Rda, la bataille triangulaire Pdci, Rhdp, Ppa-Ci fera rage. Elle sera également de mise à l’intérieur du pays où les alliés s’affrontent. Excepté quelques localités comme Bouaké commune et région, La Mé face au Premier ministre Achi, La Nawa face à Alain Donwahi du Rhdp. Cette guerre de trois sera conditionnée par le poids des candidats indépendants.

L’arbitrage des irréductibles indépendants

Les grands leaders des principaux partis politiques ont beau mettre en garde leurs cadres contre les risques de candidatures indépendantes, des téméraires ont joué jusqu’au bout en introduisant hier leurs dossiers. De bonnes sources on cite Feh Kessé Lambert à la mairie de Sangouiné, Adjaratou Coulibaly à Koumassi face à Cissé Bacongo, Aboubacar Méité à Guibéroua, Edwige Diéty dans le Tonkpi, Dr Abdoulaye Méité dans le Worodougou. Tous sont proches du Rhdp. Au Pdci, le député maire de Bonon Trazié Bi s’est également lancé dans la course aux régionales de la Marahoué. Il était hier, melon vissé sur la tête, au siège de la Cei pour le dépôt de sa candidature. Il affronte le candidat de son parti, le Rhdp et le Ppa-Ci.

Fini le dépôt, l’on attend la prochaine étape. La publication des listes. En ce moment là, on parlera de candidats officiels. La Cei est déjà au travail.

SD à Abidjan



LIVRES



Photos inedites



Facebook

Interview