Flash info

Niger : importante attaque de Boko Haram dans le sud-est du pays



«Ce sont des éléments de BH (Boko Haram) qui ont attaqué Diffa du côté de la localité de Bagara (sud de la ville) vers 15h00 et 16h00 (14h00 et 15h00 GMT). Il y a eu la réaction des Forces de défense et de sécurité (FDS) avec des tirs nourris, y compris à l'arme lourde», a déclaré  un haut responsable du gouvernorat de la région de Diffa. Une source préfectorale a également confirmé cette attaque, sans expliquer les circonstances. «Nous n'avons pas encore de bilan, mais nous déplorons les mouvements de panique des populations», a expliqué ce responsable du gouvernorat, qui assure que «la situation est maîtrisée» et «le calme est revenu» dans cette ville de 200.000 habitants.

Depuis 2015, la ville de Diffa a été plusieurs fois attaquée par des éléments de Boko Haram et de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP), issu d'une scission de Boko Haram, faisant plusieurs morts. Début mai 2020, d'intenses combats avaient opposé l'armée nigérienne aux jihadistes autour du pont de Doutchi, qui relie le Niger au Nigeria, au sud de Diffa. Ce check-point est également proche de Damasak, une localité nigériane située à 30 kilomètres au sud de Diffa. Damasak avait été conquise en octobre 2014 par Boko Haram après de violents combats avec l'armée nigériane avant d'être reprise par les armées du Tchad et du Niger.

Mi-avril, des djihadistes du groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) ont mené des séries d'attaques sur la ville de Damasak, dans le Nord-Est du Nigeria: des violences «sans précédent», selon des sources locales, pour le contrôle d'un axe stratégique. La région de Diffa abrite selon l'ONU 300.000 réfugiés nigérians et déplacés, fuyant depuis 2015 les exactions des djihadistes. Le conflit avec les djihadistes de Boko Haram et de l'Iswap a fait plus de 36.000 morts depuis 2009 dans le nord-est du Nigeria et près de 2 millions de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer. Le Niger doit aussi faire face dans l'Ouest, à ses frontières avec le Mali et le Burkina, à de fréquentes attaques des groupes djihadistes sahéliens dont l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS).





Photos inedites



Facebook

Interview