Flash info

Un cadre du RHDP révèle : « le rejet des candidatures de Gbagbo et Soro n’arrange pas Ouattara »



L’ex-chef rebelle, Guillaume Soro et Gbagbo ont vu leurs candidatures rejetées par le Conseil Constitutionnel ivoirien. Bien même quand ce rejet est motivé par des raisons objectives purement juridiques, d’aucuns ont cru y voir une certaine volonté du pouvoir d’exclure des candidats pouvant déjouer les pronostics unanimes à donner Alassane Ouattara vainqueur dès le 1er tour.

Mais, loin des émotions et d’une volonté manifeste de manipuler et d’intoxiquer, une analyse rigoureuse permet de soutenir que l’absence de Gbagbo et de Soro ne profite pas au président sortant. En effet, la présence de ces deux candidats aurait plutôt causé au 1er tour une dispersion des voix de l’opposition.

Le camp Ouattara ne présentant qu’un seul candidat, son potentiel électoral serait intact, contribuant ainsi à une victoire au 1er tour, avec un score encore plus important. Celui qui pourrait en réalité tirer avantage de l’absence de ces deux figures de l’opposition ivoirienne, c’est plutôt Henri Konan Bédié, l’allié des deux absents qui crient au scandale.

Car en fait, même en admettant que gbagbo et soro n’appellent pas officiellement à voter pour bédié, il reste néanmoins évident que ceux des partisans de ces deux opposants qui choisiraient de voter porteraient leur choix sur bédié plutôt que sur Ouattara.

A l’évidence, le rejet des candidatures de Gbagbo et Soro profite donc à l’opposition et plus particulièrement à leur allié, Henri Konan Bédié. Ce verdict du Conseil Constitutionnel ivoirien est visiblement la preuve de l’indépendance de cette institution.

Car en réalité, lorsqu’on veut affaiblir son opposition, on favorise le plus de candidatures des opposants possibles ; on n’en réduit pas. Cela relève de l’arithmétique politique bien connue de l’affaiblissement par la plétore des ambitions : diviser pour régner. Et on l’a bien vu dans la réaction d’Henri Konan Bédié à la suite de la publication de la liste définitive des candidats retenus pour la présidentielle.

S’il n’a pas sabré le champagne en public, son communiqué trahi bien le fait que le rejet des candidatures de ses deux principaux alliés n’est que l’avant-dernier de ses soucis, qui ne trouve place que dans l’avant-dernier paragraphe de son communiqué.

Un Conseiller spécial de Guillaume Soro relève d’ailleurs la duplicité d’Henri Konan Bédié, avant de vociférer : « nous n’appellerons à voter pour personne ! ».Ce qui est vrai, est vrai !





Photos inedites



Facebook

Interview