Flash info

Mamadou Koulibaly : "Le 1er tour des élections est terminé..."



Mamadou Koulibaly est éliminé de la course présidentielle du 31 octobre 2020. Le professeur d'économie a vu sa candidature rejetée par le Conseil constitutionnel. Le lendemain de cette décision, l'ancien président de l'Assemblée nationale sous Laurent Gbagbo se prononce.

Le Conseil constitutionnel a livré la liste définitivedes candidats pour la présidentielle d'octobre 2020. Koné Mamadou, le président de ladite institution, a validé quatre candidatures sur les 44 reçues. Ainsi, Henri Konan Bédié, Alassane Ouattara, Pascal Affi N'guessan et Kouadio Konan Bertin (KKB) ont été retenus pour la prochaine bataille électorale. Mamadou Koulibaly a été recalé par le Conseil constitutionnel, qui soutient que le fondateur de Liberté et démocratie pour la République (LIDER), un parti politique de l'opposition, soutient que l'économiste "a obtenu 1% de l’électorat local dans 15 régions ou districts autonomes sur les 17 exigés par le Code électoral". Il faut rappeler que des parrainages figurant sur la liste du mentor de Nathalie Yamb "ont fait l’objet d’annulation".

"Considérant qu’il résulte de ce qui précède, que monsieur Koulibaly Mamadou ne remplit pas toutes les conditions légales. En conséquence, il convient de déclarer sa candidature irrecevable, conformément à l’article 57 du Code électoral", a annoncé Koné Mamadou le lundi 14 septembre 2020. Éjecté de la course à la présidentielle, le maire d' Azaguié, une ville proche d'Abidjan, n'a pas manqué de réagir. "Le premier tour des élections est terminé. Le second tour se jouera le 31 octobre", a réagi Mamadou Koulibaly sur son compte Twitter.

Pour Mamadou Koulibaly, "les putschs civils sont toujours longs. Après la violation de la Constitution et la modification illégale du code électoral par une ordonnance, nous avons le Conseil Constitutionnel qui s'immole,par le droit, pour Ouattara. Mais cela n'entame point notre détermination pour la suite", a-t-il ajouté. En clair, l'ex-proche de Laurent Gbagbo n'a pas encore dit son dernier dans la conquête du pouvoir d'État. Mamadou Koulibaly sera-t-il disposé à soutenir la candidature d'un leader de l'opposition, notamment Henri Konan Bédié.





Photos inedites



Facebook

Interview