Flash info

Côte d'Ivoire : l'élection présidentielle va coûter près de 65 milliards Fcfa (officiel)



« L'élection coûte chère (…) je crois que l'élection va coûter près de 65 milliards de Fcfa », a dit le président de la CEI, Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, qui était invité à la tribune du « Press-club » de l'Union nationale des journalistes de Côte d'Ivoire (Unjci).

Il a fait savoir que « la révision de la liste électorale, elle seule, a coûté 13 milliards Fcfa », avant d'annoncer que la période du contentieux se déroulera du 5 au 7 août 2020, invitant les populations à consulter les listings qui seront affichés dans les centres d'enrôlement.

Concernant l'affaire du retrait, sur la liste électorale, des noms de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, de Charles Blé Goudé,  (un proche de M. Gbagbo), et de Guillaume Soro, évoqué ces derniers jours par leurs partisans, M. Coulibaly-Kuibiert a relevé qu'il y a trois raisons majeures de radiation.  

« On vous radie de la liste électorale, soit parce que vous êtes décédé, soit parce vous avez été condamnés, soit parce que vous avez été déchu de vos droits civiques et politiques », a expliqué le président de la CEI.

Selon l'article 4 du Code électoral, ne sont pas électeurs les individus frappés d'incapacité ou d'indignité notamment, les individus condamnés pour crime, à une peine d'emprisonnement sans sursis pour vol, escroquerie, abus de confiance, détournement de deniers publics.

Cet article énumère également les cas d'attentats aux mœurs,  les faillis non réhabilités, les individus en état de contumace, ainsi que les individus auxquels les tribunaux ont interdit le droit de vote et, plus généralement, ceux pour lesquels les lois ont édicté cette interdiction.   

Ces trois personnalités politiques, notamment M. Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé et Guillaume Soro, ont été frappées de peines d'emprisonnement, à l'issue de jugement à Abidjan. Tous, se trouvent actuellement hors de la Côte d'Ivoire.  

« Si certains référents politiques se retrouvent dans ce cas et qu'ils considèrent qu'ils sont indûment dans ce cas, il leur est loisible à partir du 5 au 7 août de venir saisir les Commissions locales pour demander leur intégration sur (...)

 

Lire la suite sur APA





Photos inedites



Facebook

Interview