Flash info

KKB donne les raisons de sa candidature contre Bédié : « en 2010, il n’avait pas été capable d’aller soutenir son projet devant le peuple »



Après 74 ans d’existence, le PDCI-RDA ne peut avoir formé qu’un seul cadre capable de gouverner la Côte d’Ivoire. Il me semble que le temps des candidatures uniques est révolu. Ma candidature a le mérite de nourrir le débat démocratique interne au PDCI-RDA qui, pour moi, doit mériter le nom qu’il porte en donnant l’exemple. En 2015, j’ai proposé un projet présidentiel au peuple ivoirien sans obtenir le soutien de mon parti. Aujourd’hui, ce projet est arrivé à maturation. Et pour le mettre en application, j’ai besoin du soutien de mon parti. Ma candidature, je l’offre au PDCI-RDA comme une opportunité de mobiliser les milliers de jeunes qui ont soif de changement et de rajeunissement. Il faut aussi construire le monde d’après la pandémie de Covid-19. Or, nous ne construirons pas ce nouveau monde avec des matériaux du monde ancien. Voici le sens de ma candidature, qui est une chance pour le PDCI-RDA.
Ma candidature est une candidature de prudence

Non, il ne s’agit pas d’une opposition frontale. Ma candidature est une candidature de prudence. Vous savez, personne ne prendrait le risque de parcourir une distance aussi longue qu’Abidjan-Korhogo en voiture sans prévoir un pneu de secours. Et bien, au PDCI-RDA, c’est la même chose, nous ne prendrons pas un tel risque.

A la question de savoir ce qu’il reproche à la candidature de Bédié, KKB répond, « Bédié a dit lui-même en 2010 qu’il menait son dernier combat. En 2020, il ne peut pas en être encore à son dernier combat ! Il a aussi reconnu que l’action gouvernementale nécessitait des forces qu’il n’est plus certain d’avoir. En 2010, il n’avait pas été capable d’aller soutenir son projet devant le peuple de Côte d’Ivoire lors du débat télévisé organisé pendant la campagne électorale. Est-ce que dix ans après, il le pourra ? Je m’interroge.

« Je lui demande tout simplement de me faire confiance. Là où Alassane Ouattara a désigné son
« petit » Amadou Gon Coulibaly, je souhaite que mon père me désigne et me fasse confiance. Je veux lui démontrer que je peux continuer son oeuvre » a-t-il demande au président du PDCI.





Photos inedites



Facebook

Interview