Flash info

Méambly tacle Mabri : « tu es l’héritier de Robert Guéï et non celui Ouattara »



Il n’a même pas donné véritablement sa position. Il a dansé le « Tcha Tcha Tcha » comme je l’ai mentionné dans ma dernière déclaration. Mabri, quand il était ministre des Affaires étrangères, était de tous les voyages du président Alassane Ouattara. C’est ce que lui-même a reconnu en disant, le jeudi dernier, lors de la réunion du Conseil politique du Rhdp, sans honte, qu’il a fait une photo dans le bureau ovale avec Obama. Voici ce qu’un leader trouve à dire devant un auditoire de 4 000 cadres de toutes les instances du parti, là où il devrait vendre ses mérites pour être choisi comme le candidat du Rhdp à la présidentielle de 2020. Je voudrais rappeler à Mabri qu’Obama a eu de l’audace en se faisant élire premier président noir des Usa à 45 ans. Je conseille à Mabri de prendre la mesure d’une candidature à la présidence de la République. Cela n’est pas de la vuvuzela brésilienne. Ce n’est pas non plus la danse des échassiers. C’est plus sérieux que ça.

(…) Je n’ai aucun problème particulier avec lui. Mais, je n’arrive pas à accepter que le ministre Mabri soit resté assis à la réunion du Conseil politique de notre parti au moment où, à l’appel du président Ouattara, tout le monde s’est levé dans la salle pour adouber le candidat désigné par la majorité des 19 intervenants. Lui seul ne s’est pas levé à la table de séance devant ses aînés que sont le vice-président Duncan, le président du Sénat, Ahoussou Jeannot, l’Inspecteur général d’Etat Ahoua N’Doli et autres. Et, cette image continue de circuler sur la toile.

Pour ça, je pense que le directoire du Rhdp devrait en tirer les conséquences. Comme je n’en suis pas membre, je ne peux que me contenter de rappeler cette célèbre phrase de l’ex-ministre français de la Recherche, Jean-Pierre Chevènement, quand il démissionnait du gouvernement en mars 1983 pour protester contre la « parenthèse libérale » : « Un ministre, ça ferme sa gueule, et si ça veut l’ouvrir, ça démissionne ».

Mabri peut aller dans les montagnes pour dire des contre-vérités à ses laudateurs et autres thuriféraires dans sa petite localité de Zouan-Hounien, qui n’a pas connu de développement. Il n’a même pas pu mettre un mètre carré de goudron chez lui à Zouan-Hounien, en dépit des 19 années qu’il a passées au gouvernement, là où il a construit une résidence de 40 chambres à Man pour être président…

J’informe mon frère de l’ouest Mabri, que les enfants adoptifs que nous sommes au Rhdp, devront connaître notre place. Car après le premier héritier du président Ouattara qui est le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, il y a les Ham Bak, Kandia, Amadou Soumahoro, Bacongo, Kafana Koné, Bictogo, Bandama Maurice, Anne Ouloto, Sidi Touré… Mabri est l’héritier de feu le général Robert Guéï et non celui du président Alassane Ouattara.





Photos inedites



Facebook

Interview