Flash info

L’opposition accuse le gouvernement de vouloir faire « un passage en force » à la présidentielle de 2020



Les partis politiques de l’opposition ivoirienne qui exigent depuis une réforme profonde de la Commission électorale indépendante (CEI) dont les consultations ont été entamées en janvier, ont accusé mercredi le gouvernement de vouloir faire « un passage en force » lors de la présidentielle en 2020, à une conférence de presse.

« Le gouvernement veut faire un passage en force, et nous ne voulons pas être complice », a affirmé le président du Parti pour le progrès et le socialisme (PPS) Moriféré Bamba, en présence des partis politiques de l’opposition.

Conviés à une séance plénière mercredi à l’issue des discussions sur la CEI, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) et 23 autres partis de l’opposition ont décidé « de ne pas répondre favorablement » à l’invitation du gouvernement.

Ces partis, qui avaient boycotté des rencontres, ont décidé de ne pas participer à la restitution des travaux auxquels ils disent n’avoir « pas participé ».

Ils avaient souhaité que leur soit, préalablement, transmis les termes de référence relatif au cadre restreint de concertation sur la CEI.

L’opposition a exigé « une rencontre inclusive et tripartite pouvant aboutir à une véritable réforme en profondeur de la CEI, et non à une mascarade ».

Mais pour le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, leur absence à la réunion « n’entache pas le processus » de mise en place de la nouvelle CEI car « leurs positions ont été exprimées et débattues » à la séance plenière.

Le gouvernement a ouvert le 21 janvier des consultations pour la réforme de la CEI conformément à l’arrêt de la Cour africaine des droits de l’homme qui a ordonné à la Côte d’Ivoire de rendre la commission conforme aux instruments internationaux.

Il devrait « bientôt » faire une proposition » aux acteurs sur la CEI qui « doit être mise en place en juin pour permettre » à la commission « de préparer dans la sérénité les élections » de 2020, selon M. Gon





Photos inedites



Facebook

Interview