Flash info

Russie: Navalny condamné à 3 ans et demi, Poutine met en garde l'occident



L'opposant russe Alexeï Navalny a été condamné à trois ans et demi de prison ferme pour avoir violé les règles de sa libération conditionnelle, a appris Afrique-Sur7.fr mardi 2 février 2021.
Condamnation de Navalny: Le Kremlin invite l’occident à ne pas commettre de "bêtise"

La justice russe renvoie derrière les barreaux le farouche pourfendeur du président Vladimir Poutine pour au moins 3 ans, la peine d’Alexeï Navalny sera réduite pour tenir compte de la période qu'il a déjà passée en résidence surveillée, a ordonné un tribunal de Moscou..

Cette décision a été suivie d'un appel à manifester de ses partisans, dont plus d'un millier ont été arrêtés dans la soirée. Selon l’AFP, dans la soirée, plus de 1 050 personnes ont été interpellées lors de divers rassemblements en Russie, a indiqué l'ONG OVD-Info. Selon cette organisation spécialisée dans le suivi des protestations, l'essentiel des arrestations (865) ont eu lieu à Moscou.
Moscou accuse les occidentaux d'être "déconnectés de la réalité"

Plusieurs capitales occidentales dont Londres ont appelé, mardi soir, à sa "libération immédiate et sans conditions".

"La condamnation d'Alexeï Navalny est inacceptable. Un désaccord politique n'est jamais un crime. Nous appelons à sa libération immédiate", a réagi Emmanuel Macron dans un tweet.

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a réclamé lui aussi la libération de l'opposant russe. "La condamnation d'Alexei Navalny va à l'encontre des engagements internationaux de la Russie en matière d'État de droit et de libertés fondamentales. Je réclame sa libération immédiate", a-t-il déclaré dans un tweet.

Du côté du Kremlin qui avait dit avant le jugement espérer que l'Union européenne ne ferait pas la "bêtise" de conditionner l'avenir de sa relation avec la Russie au sort de l'opposant, les autorités russes les accusent d'être "déconnectées de la réalité".

"Il n'y a aucune raison de s'ingérer dans les affaires d'un État souverain. Nous recommandons que chacun s'occupe de ses propres problèmes", a déclaré Maria Zakharova, lors d'une interview au média RBK, citée par les agences russes.





Photos inedites



Facebook

Interview