Flash info

Coronavirus : les chiffres anglais sous-estimés à cause d'une erreur sur Excel



n apparence, utiliser Excel, c'est facile. Des dizaines de milliers de personnes y ont recours tous les jours. Mais le logiciel de la suite bureautique Microsoft Office possède de nombreuses fonctionnalités et spécificités qui peuvent se révéler plus difficiles à prendre en main. C'est ce qu'a récemment pu constater le Public Health England (PHE), l'équivalent britannique de Santé publique France, comme le rapporte la BBC. Entre le 25 septembre et le 2 octobre, les autorités sanitaires n'ont pas signalé un nombre important de cas en raison d'une mauvaise maîtrise d'Excel.

En apparence, la situation semblait être en train de s'améliorer au Royaume-Uni. Ainsi, le 30 septembre, les autorités annonçaient 7 108 nouveaux cas positifs. Le 2 octobre, elles parlaient de 6 968 cas. Puis, d'un seul coup, l'envolée des chiffres. Samedi 3 octobre, 12 872 cas ont été signalés. Le lendemain ? 22 961. La raison de cette différence très importante ? Un problème avec Excel. Concrètement, 15 841 cas n'ont pas été signalés. En effet, le fichier du PHE avait tout simplement atteint les limites du logiciel. En théorie, celui-ci ne permet pas d'aller au-delà de 1 048 576 lignes et 16 384 colonnes. Mais l'équipe en charge du projet a eu recours à un vieux format limité à 65 000 lignes. L'erreur a été identifiée en fin de semaine dernière et est maintenant résolue.

Un problème majeur pour le traçage des cas

Toutefois, au-delà des statistiques, cette affaire pose d'autres problèmes sanitaires pour le Royaume-Uni. En effet, cela signifie que les cas contacts de ces personnes infectées par le coronavirus n'ont pas été avertis à temps de la situation. À l'heure actuelle, un peu plus de la moitié des personnes concernées auraient été contactées. Comme le note Capital, les autorités sanitaires britanniques ont reconnu que ce délai avait sans doute mené à la contamination de plusieurs personnes.

Selon Numerama, plusieurs spécialistes ont remis en cause la stratégie de traçage des cas au Royaume-Uni. Certains ont par exemple signalé qu'il aurait été judicieux d'inverser les éléments se trouvant en colonne avec ceux inscrits en ligne ou encore d'utiliser une véritable base de données au lieu du tableur de Microsoft. Le secrétaire d'État à la Santé, Matt Hancock, a reconnu que cet « incident n'aurait jamais dû se produire », tout en soulignant « la réaction rapide de l'équipe pour en réduire les conséquences ».





Photos inedites



Facebook

Interview