Flash info

Crise politique au Brésil : enquête ouverte sur les accusations de Moro contre Bolsonaro



Un juge du Tribunal suprême fédéral du Brésil a ordonné ce lundi 27 avril l'ouverture d'une enquête préliminaire sur les accusations « d'ingérence » dans des affaires judiciaires visant le président Jair Bolsonaro, formulées par son ancien ministre de la Justice, Sergio Moro.

 

Doyen du Tribunal suprême fédéral, le juge Celso de Mello donne soixante jours à la police pour interroger Sergio Moro. Le champion de la lutte anticorruption avait démissionné avec fracas vendredi 24 avril du ministère de la Jutice. Une telle enquête pourrait ouvrir la voie soit à une procédure de destitution contre Jair Bolsonaro, soit à des poursuites pour dénonciation de délit imaginaire contre le ministre démissionnaire.

Selon le juge de Mello, les infractions reprochées au président brésilien semblent avoir « un lien étroit avec l'exercice des fonctions présidentielles », ce qui exclut qu'il fasse valoir une immunité. La décision du Tribunal suprême fédéral énumère sept infractions que pourrait avoir commises Jair Bolsonaro, parmi lesquelles la prévarication et l'obstruction à la justice.

Pressions présumées pour limoger le chef de la police fédérale

Ministre populaire auprès d'une opinion publique écœurée par la corruption du pouvoir politique, Sergio Moro avait claqué la porte après le limogeage d'un de ses hommes de confiance, le chef de la police fédérale Mauricio Valeixo.

 

La suite sur RFI





Photos inedites



Facebook

Interview