Flash info

Un scientifique s’installe en Jamaïque pour cultiver le ganja fumé par Bob Marley



Un scientifique de la Dominique est allé s’installer en Jamaïque délibérément dans le but de rechercher et de cultiver le meilleur ganja (cannabis) jamais fumé par d’éminents rastafariens, dont le regretté Bob Marley.

Le Dr Machel Emanuel a planté un champ de cannabis dans son laboratoire situé au jardin botanique du département de biologie de l’Université des Indes occidentales à Kingston. Âgé de 35 ans, il cultive du cannabis depuis 2001 et a déménagé en Jamaïque en 2007 pour poursuivre ses études. Il est maintenant docteur en biologie, spécialisé en horticulture et adaptation des plantes au climat.

Emanuel est spécialisé dans le cannabis «Landrace». On pense qu’il a poussé naturellement en Jamaïque avant de disparaître à cause des activités humaines. Le Dr Machel Emanuel a révélé que «dans les années 50, 60 et 70, la Jamaïque était réputée pour ses cultures variées indigènes, ce qui lui donnait une réputation internationale».

Le cannabis aurait été fumé par Bob Marley, Peter Tosh et Bunny Wailers. Ils étaient membres fondateurs du célèbre groupe de reggae, The Wailers. Selon Emanuel, la plante s’adapte à son environnement et possède «des caractéristiques de croissance uniques basées sur sa fleur, son odeur, son goût, voire son euphorie», selon les consommateurs.

Le biologiste appelle le cannabis Landrace le ganja des légendes du reggae.

Il a révélé que la plante avait maintenant été remplacée par du cannabis moderne, créé artificiellement. Il a expliqué que dans les années 1980, la culture de la plante avait été abandonnée et que c’était après une guerre déclarée de drogue par les États-Unis.

Le cannabis Landrace a été facilement repéré à l’époque en raison de sa taille et détruit. Cette guerre a pavé la voie pour que des hybrides plus faciles à cacher soient cultivés. Emanuel aime le ganja lui-même mais ne le consomme que par vaporisation ou aromathérapie.

Il s’est donné pour tâche de récupérer les variétés de races locales perdues et de les reproduire dans son laboratoire. Emanuel a révélé que la Jamaïque devrait prendre l’initiative d’établir un indicateur géographique pour son cannabis cultivé sur son territoire “comme le Champagne en France”.

« Il existe une valeur de nostalgie qui pourrait être ajoutée en fonction des applications marketing”, a-t-il ajouté et de poursuivre : « la réputation de la Jamaïque a été essentiellement construite sur ces plantes. “





Photos inedites



Facebook

Interview