Flash info

Au Japon, le dernier jour de l'ère Heisei et de l'empereur Akihito



Après 30 ans et cing mois d'un long règne, les cérémonies marquant l'abdication de l'empereur Akihito du Japon, 85 ans, ont commencé ce mardi 30 avril 2019 au palais impérial, au cœur de Tokyo. C'est la première fois en deux siècles qu'un souverain japonais cède sa place, définie par la Constitution de 1947 comme le « symbole de l'État et de l'unité du peuple », de son vivant.

 

Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Le 125e tenno, qui prendra le nom de son ère à titre posthume, « Heisei », a souhaité un départ aussi discret que possible. Les cérémonies, des rituels liés au shinto, religion première des Japonais, se déroulent au palais en privé.

La plupart des Japonais ignorent le sens de ces coutumes religieuses ou parareligieuses qui ne sont précisées dans aucune loi. Depuis 1947, l'empereur est le symbole d'un État laïc, mais dans le shinto, il reste une divinité, une sorte de pape japonais.

 

La principale cérémonie, d'une dizaine de minutes seulement, sera diffusée en direct à la télévision ce mardi. Elle réunira 300 convives, le prince héritier Naruhito, le Premier ministre Shinzo Abe, les présidents des deux chambres du Parlement et les juges de la Cour suprême.

Shinzo Abe, qui rêve de refaire du shinto, comme avant-guerre, un élément fédérateur de la nation, de l'empereur le chef de l'État, et de purger la Constitution de son pacifisme, annoncera alors l'abdication.

Akihito fera une dernière déclaration, peut-être pour désavouer une dernière fois le chef du gouvernement, en lui rappelant que le Japon, monarchie constitutionnelle, s'est reconstruit animé d'idéaux de paix et de démocratie.

 

Naruhito sera pleinement empereur à l'automne

Une cérémonie d'accession au trône du prince héritier Naruhito aura par la suite lieu, et le Japon entrera alors dans une nouvelle ère impériale, connue sous le nom de « Reiwa » ou « Belle harmonie ».

Les Japonais rythment en effet leur temps national en fonction du règne de leurs empereurs, tout en observant un temps mondial, le nôtre. Cette double datation les contraint à se livrer à une gymnastique mentale perpétuelle pour convertir telle date en calendrier grégorien ou en fonction de l'ère impériale en cours.

 

Naruhito, âgé de 58 ans, deviendra le 126e « tenno », empereur d'une dynastie partiellement légendaire qui, selon le mythe, remonte à la déesse du soleil, Amaterasu, qui aurait donné naissance à la famille impériale.

L'épouse du prince héritier, Masako, deviendra la nouvelle impératrice. Elle succédera à Michiko. Elles sont les deux premières roturières à avoir accédé à ce rang dans l'histoire.

Naruhito se veut aussi pacifiste et libéral que son père. À l'automne est prévue une grande cérémonie pour marquer l'avènement du nouvel empereur et de la nouvelle ère impériale où seront invités des chefs d'État.

 

RFI





Photos inedites



Facebook

Interview